Friche

Sur une zone de désespoir
soufflent maux et vents par rafales
dans le tourbillon de l’Histoire
s’envolent paperasses syndicales.

Au gré du claquement des banderoles
contre la taule déjà rouillée
résonnent parole de Guignol
solidarité étranglée.

Pendant ce temps sur un plateau
Parisot au banquet des porcs
exigeant sa part du gâteau
nous implore de faire un effort.

Gavons la panse patronale
du désastre environnemental
satisfaisons les insatiables
de l’appétit des rages sociales.

Couvrons les friches industrielles
du drapeau noir de nos amours
pour que s’échappent les hirondelles
de l’amiante et des vautours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *